Collectif
la Voûte Nomade

Qui sommes-nous ?

Des installations spectaculaires pour de nouvelles impressions,
un collectif pour une aventure

L’univers de la Voûte Nomade est festif et populaire. Il se partage avant tout en mouvement, sous le ciel et avec tous, quelques soient les générations et les cultures.

Fondé par Eloi Miehe, sculpteur-danseur ayant pratiqué le cirque, et Christine Peter, plasticienne, le collectif s’est formé autour du goût de construire dehors des évènements éphémères portés par les arts visuels, la musique et le mouvement.
Des artistes issus d’horizons différents se sont associés à l’aventure :
Bruno Glorel en Mr Loyal, Jean-Luc Chamroux à la musique, Delphine Sénart à l’acrobatie,
et bien d’autres.

Puisant leurs racines dans les sensations liées au voyage et à la nature, les installations s’appuient sur une expérience sensible : déambulation, jeu, mouvement, contemplation.
Elles s’inspirent des passages et des rythmes, de la condition humaine et des grands éléments : l’Eau, le Vent, la Terre, et tout ce que l’on peut y faire: l’aventure…

Né avec «Le tour du monde en ballon», manège-théâtre musical propulsé manuellement,
Le collectif la Voûte Nomade a grandi grâce à la ferveur du public et à l’appréciation
des programmateurs qui lui ont demandé de développer cet univers d’ouverture sur
le merveilleux.  Dans cet esprit, de nouvelles mises en scènes propices à l’évocation du voyage ont ainsi vu le jour: musiciens, acteurs, plasticiens, marionnettistes et acrobates
invitent le public au cœur de dispositifs scéniques spectaculaires pour une expérience poétique du mouvement.

Eloi Miehe : «Ce travail est une sorte de remise en œuvre d’observations et de souvenirs. L’échange entre les hommes n’est possible à mes yeux que dans le partage d’une expérience commune; c’est difficile car la tentation de ne rien faire en groupe est grande.
Ce qui m’intéresse, c’est de rechercher des conditions, des supports qui favorisent cette expérience commune».

Des temps de contemplation et des temps animés d’une gestuelle collective,
à l’image d’une respiration

Les manèges-théâtres, entresorts et géants, sont des installations magiques posées comme
des oasis dans l’espace quotidien. On en appréciera la poésie silencieuse.

Apparait l’équipage issu de nulle part : musiciens et manipulateurs vont réveiller, animer
ces êtres et ces vaisseaux qui seront propulsés par le vent ou par une gestuelle manuelle
pour entrer dans un mouvement collectif et ludique.

Ecolos, ces installations se goûtent dans l’usage des forces naturelles.
Le public, invité en leur sein, participe d’une rencontre où est communiqué le bonheur d’être ensemble dans un mouvement  vivant. Entre danse et musique, il est entraîné dans un voyage où il devient acteur d’une expérience simultanément plastique, sonore et poétique :
une aventure dont chacun ramènera une sensation d’inattendu.

«Dans le jeu, différentes échelles de monde coexistent et s’interpénètrent, nourrissant
quelque chose d’intime pour ceux qui le  pratiquent. Analogiquement, cela met en scène la vie
des hommes, leur rôle, leur quête, leur but, leurs relations entre eux et à l’univers.
Car, en définitive, qu’est le jeu, sinon le goût d’exister ?»

 

Avec les artistes
François Bonnery, Sophie Canet, Jean-Luc Chamroux, Marc Delattre, Bruno Glorel, Karsten Hochapfel, Didier Lamothe, Eloi Miehe, Christine Peter, Delphine Reynaud, Delphine Senard, Mathieu Tric,

vie-atelier-007

danseurs-atelier
vie-atelier-203

voiles-grosse-peche

repetition-01